EXPLORER

Un peu d’histoire

À cheval entre l’Oise beauvaisine et le plateau soissonnais, le territoire des Lisières de l’Oise est profondément marqué par les nombreuses influences qui résultent de sa position frontalière entre les deux régions.

Malgré son histoire millénaire, c’est surtout au Moyen Âge que la région va se développer, grâce à l’influence grandissante des comtes et des ducs de Valois, qui plus tard donneront naissance à la dynastie régnant sur le Royaume de France pendant plus de deux siècles.

Constructions militaires, ouvrages agricoles, demeures bourgeoises, châteaux-forts… La région va se draper de nouveaux édifices, étendus sur son vaste territoire vallonné.

Riches de ce passé fastueux, les Lisières de l’Oise comptent aujourd’hui plus d’une trentaine d’édifices classés ou inscrits au titre des Monuments Historiques. Notre territoire est donc naturellement imprégné de cette longue tradition, pour le plus grand plaisir du visiteur, libre d’en découvrir les vestiges : églises, châteaux, petit patrimoine civil, architecture locale traditionnelle… Tous les éléments sont réunis pour ponctuer vos balades de ces détails surprenants de notre région !

L’architecture traditionnelle des Lisières de l’Oise

Quel que soit le village de notre territoire que vous traverserez, une caractéristique architecturale omniprésente ne manquera pas de vous interpeller : loin des briques rouges associées à l’identité des Hauts-de-France, les Lisières de l’Oise se distinguent d’abord par le choix de ses matériaux.

En effet, ici, la pierre de taille calcaire issue des carrières alentour domine incontestablement les constructions ! Cette pierre, blanche et perméable, capte intensément la lumière du soleil qui lui offre donc des tons chauds qui varient au fil des heures et des saisons, en parfaite harmonie avec les couleurs des vastes étendues boisées et naturelles environnantes.

Toutefois, c’est aussi et avant tout une « forme » bien spécifique qui marque l’identité profonde des Lisières de l’Oise : vous noterez ainsi, lors de votre visite, que de nombreux bâtiments, qu’ils soient publics ou bien d’habitation, présentent cette silhouette originale en forme d’escalier.
Malgré leur origine et leur fonction encore discutées de nos jours, ces « pignons à redents », que l’on dit aussi « à pas de moineau », réalisés en une succession de pierres soigneusement taillées, auraient permis de faciliter le remplacement des anciennes toitures en chaume, extrêmement fragiles et inflammables, en cas d’incendie !

Un œil sur Pierrefonds-les-Bains

Au milieu du XIXème siècle, le photographe et peintre Louis-Joseph DEFLUBÉ, installé sur les bords de l’étang de Pierrefonds, fait une découverte dans son jardin qui transformera radicalement le cours de l’Histoire de notre village : des sources d’eau aux propriétés chimiques qui seront reconnues et validées par l’Académie Impériale de médecine en 1847.

Transformée en Hôtel des Bains, la luxueuse demeure de l’artiste devient alors une véritable station thermale avec les tous les effets (salles de réception, casino etc…) qui accueille dès l’année suivante un nombre toujours croissant de curistes fortunés, parmi lesquels l’Impératrice Eugénie elle-même !

Cet essor économique, indissociable du chantier pharaonique du Château reconstruit dans le même temps par Eugène Viollet-le-Duc, va faire de Pierrefonds, alors renommé Pierrefonds-les-Bains (un détour par l’ancienne gare du village, ouverte au public en 1884 et classée aux Monuments Historiques, s’impose !), une destination touristique de premier choix. Le village verra donc affluer une clientèle haut-de-gamme qui n’hésitera pas à s’installer dans le village en construisant de somptueuses villas, profitant ainsi d’un cadre naturel préservé entre arbres et eaux, afin de profiter pleinement de la « saison des bains » !